Carnet d'adresses et de liens  | Glossaire et vocabulaire


Retour aux recueil des articles et des textes


Autour de la passion du livre
D' Odette Drapeau


Deux jeunes femmes, Ausra Petroskiene et Roma Surviliene, ont souhaité inviter des relieurs à transformer un simple livre en une œuvre unique. Pour une troisième exposition internationale en 2002, l’Association lituanienne de la reliure a retenu comme point de ralliement un livre de Ruta Guzeviciuté, historienne de l’art, sur le costume au XXe siècle. Cette exposition a accueilli 55 participants de 14 pays, dans le Centre d’Art ARKA situé au coeur de la vieille ville de Vilnius. Les nombreux participants, leurs amis, les représentants officiels de la ville de Vilnius et la ministre de la culture étaient venus pour célébrer la passion du livre.

Placée sous le signe de la sobriété, cette exposition a été montée avec un grand souci de rigueur, dans un lieu spacieux et aéré. Exposés à plat ou quelquefois debout dans un bon éclairage, les livres ont bien été mis en valeur. Cette exposition a été un véritable événement.

Un jury compétent et critique ajoutait à la crédibilité de la rencontre:

  • Manne Dahlstedt, de Suède membre fondateur d’AIR Neuf et directeur du jury;
     

  • Lennart Mand, d’Estonie, professeur à l’Académie des Arts de Tallin;
     

  • Ella Summatavet, d’Estonie, responsable du département du cuir à l’Académie des Arts de Tallin;
     

  • Louta Jablonskiene, de Lituanie, critique d’art;
     

  • Danuté Zoviené, de Lituanie, critique d’art.

Trois reliures ont été primées pour leur excellence, tant du point de vue technique qu’artistique:

  • un premier prix à Anne Giordan, de France, qui a présenté une reliure à la fois rigoureuse et d’une grande beauté;
     

  • un deuxième prix à Isabelle Poitras, du Canada pour une reliure en soie brute à couture apparente. La matière rappelle le sujet du livre dont le fil, le drapé et l’harmonie des couleurs font une réalisation très équilibrée;
     

  • un troisième prix à Tina Piisang, d’Estonie, qui recourant au métal, joue
    adroitement de la proportion des formes pour faire un clin d’œil à la boutonnière.

Un catalogue a vu le jour pour garder le souvenir de toutes les reliures exposées. Même s’il a été réalisé avec des moyens modestes, il restera un témoin précieux de la valeur de la rencontre.

En pays baltes, il y a un savoir-faire traditionnel du travail du cuir, et les relieurs sont souvent issus d’académies des Arts. Rien d’étonnant à ce que le livre objet se trouve souvent dans leur mire et à ce que sortent de leurs ateliers des ouvrages d’une facture technique impeccable. Il est touchant et rassurant en même temps d’échanger avec ces gens curieux et tellement ouverts.

Pour ma part, j’ai eu l’honneur de présenter une conférence devant mes pairs lituaniens. Je les ai entretenus de techniques de collage et d'assemblage à partir de cuirs marins, et de la manière esthétique que je suis en train d’élaborer. Des échanges fructueux et enrichissants s’en sont suivis avec ces artisans professionnels dont j’ai beaucoup aimé l’harmonie et le dynamisme.