Carnet d'adresses et de liens  |  Articles





A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

B

Tampons en peau de chien servant à appliquer l'encre sur la forme avant l'invention du rouleau.
 

Illustration de la largeur de la page imprimée que l'on met en tête de chapitre, dont le motif peu être un décor végétal, abstrait ou figuratif, réalisé soit en taille-douce, en xylographie ou en typographie. Dans les très beaux livres, le bandeau est toujours l'oeuvre originale d'un artiste.
 

Copeau produit par la pointe sèche, le burin ou un outil tranchant de chaque côté de celui-ci sur une plaque de cuivre ou d'un autre métal.
 
Bord de papier fabriqué à la main (à la forme) et qui ne présente pas une coupe franche. Loin d'être considérées comme un défaut, elles seront conservées par le relieur. Ce dernier se contentera de les égaliser discrètement si elles sont trop inégales, opération que l'on appelle l'ébarbage (voir ébarber).
 

Peau de mouton tannée avec des substances végétales. Ce cuir, à fleur unie et à chair assez lâche, est utilisé pour les reliures courantes. Sa résistance est assez grande, mais son épiderme, très fragile, se détériore au frottement. Utilisé pour les pièces de titre. Mouton mat : teinte uniforme. Mouton bigarré : raciné, moucheté, suivant l'aspect du coloriage.
 

Nom des minuscules, par extension du nom de la partie inférieure de la boîte (casse) où elles se trouvent. Cette boîte est utilisée par les typographes pour classer une police de caractères.
 

Recto d'un feuillet. Toutes les pages impaires sont donc des belles pages. Dans les travaux soignés, les débuts de chapitres doivent être en belle page car c'est sur elle que se porte d'abord l'attention du lecteur. On entend également belle page uniquement pour celle débutant par un titre de chapitre, auquel cas elle n'est généralement pas foliotée. Le terme belle page est moins usité que son synonyme recto.
 

Outil de gravure pour piqueter une plaque de cuivre afin de pratiquer la manière noire.
 

Ce papier, nommé aussi papier indien ou papier d'Oxford, fut fabriqué à l'origine avec la toile de voiles de navires. Il fut employé pour l'impression des Bibles dès le milieu du XIXe siècle. Ses qualités de résistance, d'opacité et de finesse l'ont fait adopter pour l'impression des volumes destinés à contenir sous une épaisseur normale un très grand nombre de pages.
 

Celui qui aime et connaît les livres rares et précieux. Le premier bibliophile fut Jean Grolier à la Renaissance.
 

Il existe deux types de gravure sur bois. La gravure sur bois de fil, exécutée sur une planche dont la coupe est longitudinale, et la gravure sur bois de bout, exécutée sur une planche dont la coupe est transversale. Cette dernière permet d'exécuter un plus grand nombre d'exemplaires et fut fréquemment utilisée à la fin du XXe siècle dans l'édition de volumes et pour les illustrations de journaux.
 

Gravure sur bois dessinée et gravée par un seul et même artiste.
 

D'abord boullon (XIIIe s.), dérivé suffixé, part de l'idée de petite masse ronde, dans un emploi métonymique et technique. Le mot désigne une pièce de fixation ou d'assemblage munie d'une tête ronde (1318-1327) et aussi une bossette ornementale.(voir aussi cabochon, clous, piton et ombilic)
 

Du flamand " boeckin " qui signifie " vieux livre sans valeur ". On l'emploie aussi familièrement pour désigner un livre en général. Ses dérivés sont " bouquiner ", c'est-à-dire rechercher de préférence de vieux livres; " bouquiniste ", qui est le marchand de livres anciens, rares ou épuisés; " bouquinerie ", qui est le lieu où l'on peut acheter ces vieux livres ; enfin " bouquineur " (rare), soit cet amateur de vieux livres qui aime bouquiner chez un bouquiniste.
 

Inventé vers 1775 par le relieur Pierre-Jean Bradel. Le bradel est une forme de reliure dans laquelle les cartons sont placés en retrait des mors formant ainsi des sillons facilitant l'ouverture du livre. Ce cartonnage, couvert de papier et /ou de toile, n'était à l'origine qu'une reliure provisoire, en attente de la pleine-peau définitive; pour cette raison on ébarbait (voir ébarber) à peine les tranches.
 

L'opération de brochage consiste à rassembler les feuilles imprimées en cahiers, qui sont ensuite liés ensemble par une couture, puis recouverts d'une feuille collée au dos des cahiers, que l'on appelle couverture. Donc un livre est «broché» lorsqu'il se présente sous cette forme, alors que dans un livre «relié» les cahiers sont protégés par des couvertures et un dos plus rigides en carton, recouverts de toile et /ou de cuir.
 

Livre simplement cousu avec ou sans papier de couverture.
 

Ouvrière chargée de plier les feuilles imprimées en cahiers et de les coudre ensemble.
 

Outil conique et lisse en acier que le graveur frotte avec force sur le métal pour estomper certaines erreurs.
 

Sorte de racloir pour lisser la planche avant gravure.
 

Procédé d'impression en creux qui prend son nom de l'outil principal utilisé, le burin qui est un outil de gravure de section carrée qui permet de creuser un sillon qui retient l'encre dans une plaque de cuivre avant de la déposer sur le papier. La gravure au burin est un des principaux procédés utilisé en taille-douce pour obtenir une gravure à la ligne.
 

Haut de la page