Carnet d'adresses et de liens  |  Articles





A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

V

Peau tannée servant à la reliure.
 

Parchemin très fin et lisse fabriqué avec la peau d'un veau mort-né ou de lait.

Se dit aussi d'un papier à la forme sans vergeures ni pontuseaux qui imite la blancheur et l'uni du vélin.
 

Papier comportant des vergeures.
 

On appelle papier vergé celui qui laisse apercevoir par transparence les empreintes des fils métalliques (vergeures et pontuseaux) formant le fond du moule dans lequel il a été fabriqué. La même texture est donnée à des papiers à la mécanique qui portent le nom de vergé.
 

Fils de laiton, très serrés et parallèles, placés en longueur, constituant une sorte de toile métallique destinée à retenir la pâte dans la fabrication du papier à la main.
 

Marqué de piqûres de vers.
 

Seconde page d'une feuille. S'emploie aussi pour décrire les plats d'un livre; plat recto ou plat avant, plat verso ou plat arrière.
 

Ce mot est un emprunt (XIIIe s.) au latin classique volumen «rouleau, repli», d'où des emplois spécialisés : «rouleau d'un manuscrit», par ailleurs, «enroulements, replis d'un serpent» et «mouvement circulaire», spécialement en parlant des astres (alors que revolutio n'a pas ce sens en latin classique) et au figuré. Volumen dérive de volvere «tourner, faire tourner» (--- volte, voûte et les emprunts aux composés latins).

Volume apparaît comme terme d'Antiquité, pour désigner la réunion de feuilles manuscrites enroulées autour d'un bâtonnet; dans l'usage didactique, on emploie aujourd'hui dans ce sens le latinisme volumen. par extension (1270), volume s'emploie pour parler d'une réunion de cahiers manuscrits ou imprimés, brochés ou reliés ensemble (cf. livre). Volume signifie par métonymie «partie d'un texte qui forme un volume».
 

(1545) Ornement d'architecture, enroulement sculpté en spirale.Utilisée pour orner les plats en reliure.
 

Haut de la page ▲